Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 01:41

canadian-maple-leaf-flag

Qu’est ce que l’identité Canadienne ?

Au-delà de la citoyenneté ou du lieu de naissance, quelle sont les valeurs et les aspirations communes dans lesquelles chaque Canadien se reconnait ?

 

Voila, un sujet récurent de thèse, de dissertation, mais bien au-delà, voila des questions élémentaires que se posent les Canadiens depuis qu’ils existent en tant que nation et qui n’ont pas réellement trouvé de réponses.

 

Depuis mon arrivée à Montréal, et sans être au courant que cette crise d’identité faisait débat depuis longue date, j’avais remarqué un certain manque de réelle identité Canadienne. 

Il est bien évident qu’en tant que nouvel arrivant, je suis bien mal placé pour juger la situation réelle, et ne prétends aucunement pouvoir apporter une réponse à ce dilemme.

Toutefois, le sujet me passionne et je me suis intéressé de plus prêt au débat.

 

Premières nations, francophones, anglophones, immigrants… de par leur histoire, leurs origines diverses, l’immensité de leur territoire, il semble que le peuple Canadien n’ai pas encore trouvé ce qui pouvait les unir dans toutes leur différences.

 

Ni Français, Ni Anglais, une des choses sur lesquelles chaque bon Canadien s’accordera est qu’ils ne sont SURTOUT pas Américains.

 

eagle-usa-canada

Il est vrai qu’il n’est pas évident de se forger une identité propre et distincte lorsqu’on a pour seul voisin la première puissance mondiale. Quoiqu’on en dise, le pays de l’oncle Sam, joue un rôle dans cet effacement d’identité Canadienne. 

 

Les medias Américains sont omniprésents. Le Cinéma, le sport, le mode de vie, l’influence culturelle Américaine est partout et mets en péril l’identité Canadienne.

Sportifs, musiciens, acteurs, ils traversent souvent la frontière des leurs premiers succès et sont perçus comme Américains.

Pamela Anderson, Jim Carey, Steve Nash, combien de personnes savent qu’ils sont Canadiens et non pas Américains ?

Il est par conséquent  très difficile d’établir une identité nationale quand notre élite et nos talents  nationaux sont attribues au voisin.

 

Et quoiqu’ils en disent, il est impossible de différencier un Canadien Anglophone d’un Américain.

Dans l’intention de se démarquer et dans l’espoir  de ne pas être pris pour Américains, beaucoup de Canadiens portent la feuille d’érable en pins ou sur leurs valises.

En être rendu a porter un pins pour ne pas être confondu avec son voisin n’est pas un constat rassurant quand a son identité propre.

 

L’histoire aurait pu être différente et plusieurs révoltes et révolutions auraient pu faire du Canada et des USA un seul grand pays. Mais les 2 pays sont bien restes indépendants et le Canada doit vivre avec le poids de l’influence de son géant de voisin. Les 2 nations ont de tels destins croises qu’il est extrêmement difficile pour les Canadiens de se démarquer d’établir une identité propre a eux seuls.

 

La mosaïque culturelle Canadienne par opposition au melting pot Américain, idéal d’assimilation, amène malheureusement plus au communautarisme qu’a l’émergence d’une identité Canadienne commune.

 

Les Québécois sont sans aucun doute les seuls Canadiens à avoir une identité propre et reconnue dans le monde entier. Riches d’une histoire, d’une culture, d’un langage, d’expressions propres à eux et à leurs origines. Mais jusqu'à nouvel ordre…le Québec n’est pas encore un pays, mais bel et bien une province du Canada. Un peuple a part donc, qui vient juste ajouter un peu de confusion a l’identité nationale Canadienne.

 

On le voit en Irlande, on le voit en Belgique, dans le Pays Basque, Il est probablement très difficile de partager un sentiment d’identité patriotique et nationale lorsqu’on ne partage ni origine,  ni langue, ni passe, ni religion et qu’on a pour seul point commun le fait de vivre sur le même continent.

 

Il  existe bien des symboles Canadiens : Le Sirop d’Erable, le Hockey, le Castor, la feuille d’érable.

Il semble juste que ce soit léger pour cimenter une jeune nation qui se rassemble uniquement dans ses différences. 

 

IAmCanadian2

D’abord sous tutelle Anglaise, il faut cependant reconnaitre que le Canada est encore un pays jeune, en construction, et en quête de son identité propre.

Alors que le débat sur l’identité nationale ne trouve pas de réponses dans un pays vieux comme la France, il est bien légitime que le Canada se cherche encore un peu.

Riche de ses origines diverses, je suis persuade qu’au fil des générations et des années, les Canadiens réussiront à se trouver un idéal commun et propre a eux qui permettra de les reconnaitre en tant que tels dans le monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Yann - dans BILLETS
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 18:19

  

Dallas+Stars+v+Montreal+Canadiens+T-Qcqtc4cWMl

 Impossible de tenir un blog sur le Québec sans parler de l’incontournable pour tout Canadien : Je parle bien évidemment du Hockey.

Invente à l’université de McGill à Montréal aux alentours de 1875, le hockey est bien plus qu’un  sport national au Canada, c’est une véritable religion.

 

Sport d’équipe le plus rapide au monde, le hockey oppose 2 équipes de 6 joueurs

(3 attaquants, 2 défenseurs, 1 gardien de but) sur une patinoire pendant 3 périodes de 20 minutes.

Le but du jeu est de marquer plus de but que son adversaire en envoyant une rondelle de caoutchouc (appelée Puck, palet ou rondelle) dans les filets adverses placés à l’autre extrémité de la patinoire. Les joueurs manipulent la rondelle à l’aide d’une crosse.

Les contacts et les bagarres sont  réglementées mais autorisées, ce qui fait du Hockey un sport extrêmement rapide et physique.

 

Les jeunes Canadiens commencent le Hockey jeune. A 12 ans, l’enfant aura déjà pris trop de retard par rapport aux joueurs de son âge comme me l’expliquait une maman qui essayait d’inscrire son fils.

On joue à l’école puis au Lycée ou le sport à une importance énorme, puis on joue à l’université ou dans les ligues mineures dans l’espoir suprême d’être un jour recrute par une équipe professionnelle de la NHL.

Le hockey nécessite pas mal de matériel et de protections relativement onéreuses, ce qui a fait du Hockey un sport relativement noble et réservé à une certaine classe sociale.

 

Le championnat de Hockey le plus connu et relevé est le championnat nord américain, communément appelé la NHL ou ligue nationale dont le champion se voit attribuer la coupe Stanley.  Originellement 6, cest désormais 30 franchises qui s’y affrontent. Et même si la ligue nationale est Canadienne, seules 6 équipes sont toujours basées au Canada quand les autres ont peu à peu déménagées aux USA.

 

Le Canadien de Montréal, est l’équipe la plus titrée de la NHL avec pas moins de 24 coupes Stanley à son actif. Ils ont pour domicile le Centre Bell dans lequel ils sont acclames par prés de 22,000 partisans a chaque game a domicile.

 

1106398986 80627774

 

Apres avoir vécu dans le Minnesota, surnommé « The State of Hockey » ou le sport est également très populaire, j’étais passionné par le sport depuis longtemps et j’ai bien évidemment suivi l’épopée folle du Canadien en play-offs l’année dernière.

Quoique le hockey soit très populaire dans le upper midwest américain, on ne mesure la ferveur et la passion Hockey que quand on est à Montréal. Le Hockey est partout. Sur les affiches, à la TV, à la radio, dans les publicités, dans les magasins, on ne parle, on ne vit que pour ca.

Les marseillais, supporters de l’olympique de Marseille feront sans aucun doute le rapprochement avec la ferveur du football. A la seule différence que la ferveur du Hockey est a l’échelle nationale ici. C’est tout un pays qui vit et qui vibre pour ce sport.

 

On a bien mesure l’importance et la pression nationale sur le Team Canada lors de la dernière finale des jeux olympiques contre l’eternel rival et voisin Américain. Peu importe les autres médailles aussi belles soit elles. Il fallait l’or en Hockey. Une défaite de l’équipe nationale aurait été un drame national.

 

Plus qu’un sport, le Hockey est porteur de beaucoup d’autres valeurs.

Au niveau national, il est presque un symbole national, un des rares signes d’identité Canadienne dans un pays sans cesse dans l’ombre de son voisin et toujours en quête d’une identité propre.

On aperçoit des joueurs de Hockey sur les billets de 5$ Canadien ce qui porte le sport à un réel emblême national.00018135.jpg

A Montréal, le Canadien est porteur d’image de tout un peuple.

Seule équipe francophone de la ligue nationale le Canadien de Montréal, les HABS (en référence aux Habitants, premiers colons de la Nouvelle France) est la seule équipe Québécoise depuis le départ des Nordiques de Québec vers le Colorado.

 

Dans une ville cosmopolite et multiculturelle, ou les vagues d’immigrations se joignent et se croisent, il est souvent difficile d’afficher et de revendiquer une identité commune.

Le Canadien permet à des Québécois de tous bords, de toutes origines et de toutes confessions de se rassembler et de soutenir une équipe.

Ici, pas de KOP, pas de Boulogne raciste, pas d’Auteuil Banlieue, tout le monde est rassemble derrière les bleu blanc rouges.

Pas besoin d’être a Montréal ou au Québec depuis longtemps pour supporter ses habs, pas besoin d’être un Québécois pure laine pour aller au centre Bell, pas besoin d’être de telle confession pour suivre le hockey Molson sur RDS.

Le Canadien de Montréal offre le sentiment d’appartenance à des gens de tous horizons.

Le Canadien de Montréal rassemble, unit et déchaine les foules lors de ses victoires.

 

Ormi les Alouettes de Montréal et l’impact dans les peu suivies Canadian Football League et Soccer league, le Canadien est la seule équipe de sport professionnelle depuis le départ des Expos.

Autant de paramètres qui font que le Hockey est sacre au Canada et plus particulièrement ici, a Montréal, berceau du Hockey et fierté nationale de tout un peuple.

 

GO HABS GO !!

 

Repost 0
Published by Yann - dans BILLETS
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 19:07

montreal hiver

"Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver" chante Vigneault.

Et même si il a frigorifié l’Europe avant le Québec cette année, l’hiver est désormais bien la. Nous avons eu notre première tempête de neige de l’année. 28cm de neige en 24h, des rafales de vent glacial à 60 km/h et une température avoisinant les -12.

 

Montréal s’est recouvert d’un manteau blanc uniforme.

Les premières chutes de neiges ont amenées leurs premiers accidents.

Des kilomètres d’embouteillage ont envahis les routes dans la soirée en pleine sortie de bureau. 2113693574 d303165d6aAlors rien de bien extrême pour l’instant.

Les routes sont pour la plupart très bien dégagées.

Des gens de l’ouest m’expliquaient que les routes avaient été dégagées lors des deux premières tempêtes de neige mais le budget étant dépasse, elles étaient restée immaculées par la suite.

Un peu effrayant, et je me demandais si ce serait  le premier constat concret que le Canada a un budget plus restreint que la France.

Il a reneigé depuis, et jusqu'à présent, les routes sont dégagées à merveille et la circulation quoiqu’évidemment ralentie ne s’en trouve pas plus perturbée que ca. 

 

Un-blog-en-images-2 0762Au contraire, il est impressionnant de voir ces dizaines de camions énormes attendre le long de la route pour affronter les routes enneigées en pleine nuit.

 

Des immenses spots lumineux, des roues crantées de plus de 2 m, la neige est ratissée, mise sur les bords puis transportée dans des parcs de stockage. Les bords de route sont nettoyés par des petits appareils à une place puis les routes sont salées.

Une organisation redoutable.

 

 

 

DSC00961 DNEIGE~1

Alors oui, l’Europe n’a pas été en reste cette année et il n’y a pas qu’au Québec qu’il y’a de la neige. La seule différence, c’est qu’ici, la neige sera toujours présente au mois de mars, voir d’avril. Apres avoir gouté aux hivers glacials du Minnesota ou il fait déjà - 20 depuis plusieurs semaines, j’ai une bonne idée de ce qui m’attends ici.

 

Le secret est de rester à l’intérieur le plus possible. Mon garage chauffé est déjà rentabilisé et vraiment apprécié. Au niveau de la conduite, il suffit de ralentir sa vitesse et de garder ses distances. Apres avoir été contraint par ces premières neiges, J’espère pouvoir en profiter prochainement en allant gouter la neige Québécoise pour la première fois au Mont Saint Sauveur. Mes parents m’ont ramené mes skis et tout mon matériel et j’ai hâte de faire quelques pistes.

 

En tout cas, qu’on se le dise, au Québec, il fait frette !

 

 

Repost 0
Published by Yann - dans BILLETS
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 23:30

Alors on le sait et on l’a bien compris. Au Québec on parle Français…Seul ilot francophone en Amérique du Nord, entoure et influence par les anglophones depuis 3 siècles les Québécois ont fait de langue Française une part entière de leur identité presque synonyme de survie nationale.

 

Au début des années 60, « d'une façon générale, l'économie et l'emploi étaient aux mains des anglophones, les travailleurs francophones gagnaient moins que les anglophones, les enfants des immigrants fréquentaient en grande majorité l'école de langue anglaise et l'anglais prédominait dans l'affichage et dans les entreprises. »

 

manchette loi 101 080311

 Pour protéger l'usage du français, le gouvernement du Québec a dû intervenir.

D'abord timidement, en 1969, avec la loi 63 qui privilégiait le français comme langue d'enseignement, sans exclure l'anglais. Cette sorte de « libre choix » a créé beaucoup de mécontentement dans la population francophone qui voyait les immigrants intégrer systématiquement le réseau scolaire anglophone. Cette réaction populaire a conduit à l'adoption, en 1974, de la loi 22 qui proclamait le français langue officielle au Québec. Finalement, en 1978, le gouvernement indépendantiste du premier ministre René Levesque adoptait une véritable charte de la langue française connue sous le nom de  loi 101.

   

La charte de la langue française (communément appelée la loi 101) est une loi définissant les droits linguistiques de tous les citoyens du Québec et faisant du Français, la langue de la majorité, la langue officielle de l'État québécois.

 

La loi inclus entre autre le droit pour chaque citoyen de se faire informer et servir en Français, le droit de travailler en Français, le droit de recevoir l’enseignement en Français.

 

arretLa loi impose également la francisation des enseignes des entreprises, les inscriptions en Français devant être obligatoirement plus grandes que les traductions en Anglais.

L’étiquetage des produits, la documentation commerciale, les affichages commerciaux, la langue des logiciels doivent être en Français.

 

Pour veiller à ce que la loi soit rigoureusement  respectée, Le gouvernement Québécois instaure également l’office Québécois de la langue Française, véritable police des langues, n’hésitant pas à mener les récalcitrants devant les tribunaux.

 

Certaines entreprises s’adaptent :

 

Les briques de la brewery Molson’s  de Montréal sont changées pour Molson.

Le Kentucky Fried Chicken (KFC) devient le Poulet Frit du Kentucky (PFK)

Le Big Mac de Mac do devient la grosse Bouchée,

Le Happy Meal, le Joyeux Festin,

Business Dépôt change totalement de nom et s’adapte a Bureaux en Gros.

 

 Bureau_en_gros-Image-1.jpg pfk

 

Pourtant, beaucoup d’anglophones Québécois s’estimant pris en otage, choisissent l’exil, la plupart partent en Ontario ou vers les provinces de l’ouest. Entre la fin des années 70 et la fin des années 80 on parle d’un million de Québécois anglophones qui quittent le Québec, entrainant par la même occasion, un dépeuplement du Québec.

 

En outre, La loi 101 rendant le Français obligatoire pour les entreprises de 50 employés et plus, incite plusieurs entreprises financières et multinationales contrôlées par des anglophones et siégeant a Montréal à s’installer en Ontario.

Montréal, capitale financière du Canada jusque la, voit donc son économie fortement s’affaiblir au profit de Toronto qui devient capitale économique dans les années 70.

Surement le prix a payer pour vivre dans la seule province officiellement francophone en Amérique du Nord.

 

Toronto_nightdwtn.jpg

 

Au cours des années, et au rythme des différentes vagues d’immigration, les anglophones ont été plus ou moins présents au Québec. Aujourd’hui, 8% des québécois ont l’anglais pour langue maternelle soit le deuxième groupe linguistique en importance au Québec derrière les francophones.

Au 18 eme siècle, beaucoup d’Anglais s’installent au Québec, formant rapidement une élite marchande et financière. On retrouve toujours cet héritage dans les quartiers de Westmount et de Golden Square mile.

Ils sont rejoints plus tard par les loyalistes Américains à la couronne d’Angleterre qui s’installent en Estrie et dans l’Outaouais ou ils fonderont bon nombre de villages.

Au début du 18eme siècle, des millions d’Irlandais fuyant la grande famine s’installent au Québec, faisant des Irlandais le deuxième groupe ethnique au Québec apres les Français.

Ils s’installent et créent les quartiers de Griffintown et Pointe Saint Charles et sur la rive sud ouest. Les traversées de l’atlantique durant plusieurs mois, beaucoup d’enfants Irlandais se retrouvent orphelins. Ces enfants furent adoptés principalement par des francophones du Bas Canada. Ils durent se battre pour le droit de conserver leurs noms de famille irlandais, et la majorité réussirent. Aujourd'hui, bien des Québécois ont un nom d'origine irlandaise (Riel qui vient de l'irlandais Reilly ou encore Caissie qui vient de l'irlandais Casey).

En 1860 la communauté Afro canadienne (Anglophones) s’agrandit a Montréal avec l’arrivée de l’industrie ferroviaire et ils ‘s’installent dans les quartiers de Saint Henri et Little
Burgundi.

 

map w-island

 

Plus tard, les communautés Grecques, Italienne et Juives de l’est, et Chinoise adoptent également l’anglais comme langue maternelle.

 

Ils s’installent le long du boulevard Saint Laurent avant de s’établir dans des banlieues plus prospères comme Cote Saint Luc Hampstead, Montréal Ouest et l’ouest de l’ile. (West Island)

 

 

 

Fort de toutes ces influences, la plupart des Montréalais parlent parfaitement l’anglais et le Français. Il y’a également beaucoup de bilingues. Par bilingue, je comprends les personnes pouvant parler Anglais et Français sans accent. On parle de bilingues francophones, Quelqu’un qui parle sans accent les 2 langues mais dont la langue maternelle est le français ou anglophones, si sa langue maternelle est l’anglais.  

 

Dans le plus souvent des cas des anglophones qui sont allés dans des écoles françaises et ont grandis avec les 2 langues.

Dans la vie de tous les jours, on s’adapte en parlant anglais ou Français en fonction du confort de son interlocuteur. Je rentre dans un commerce en disant Bonjour mais sent que le vendeur n’est pas confortable en Français et je passe a l’anglais tout de suite au cours de la conversation. 

 

do-you-speak-english 

Alors à la question, faut-il être bilingue pour s’installer au Québec ? La réponse est NON.

A ma grande surprise, j’ai découvert que sorti de Montréal, la plupart des Québécois ont un Anglais très limité. Il est donc tout à fait possible d’habiter au Québec sans parler l’Anglais.

Toutefois, et surtout à Montréal, avoir des bases d’anglais est un plus indéniable dans la vie de tous les jours. Dans un cadre professionnel, surtout pour tous les postes en contact avec la clientèle maitriser l’anglais est obligatoire. Malgré le fait Québécois et toutes les lois, l’anglais est très souvent la langue parlée couramment au travail et ceci même entre francophones. Il est donc très recommandé de maitriser l’anglais un minimum.

 

Le gouvernement du Québec et la plupart des universités offrent des cours d’anglais gratuits. Aucune excuse donc pour ne pas maitriser la langue de Shakespeare et balbutier dès qu’un passant nous demande un renseignement.

 

L’anglais Canadien est tout à fait similaire à l’anglais Américain et il est difficile de discerner un accent. Les provinces maritimes comme Nova Scotia ou certains ontariens ont des accents un peu différents mais la plupart des Canadiens de l’ouest n’ont aucun accent audible.

Seule petite différence, les Canadiens sont connus et moqués pour ponctuer chaque fin de leur phrase par «  Eh ! »

 

« What’s up Eh ?! »

 

Comme le dit la chanson, «  They say Eh ! instead of « what » or “though” that’s the mighty power of Canada ! "

Certaines personnes prononcent également “ About “  (a boat) A- boot

Quelle importance finalement ? Au Quebec, on speak french 'sti !

  

   

Repost 0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 07:14

Fin Novembre…On a presque du mal à y croire. Déjà 6 mois passés au Québec!!

C’est passé tellement vite…

  gp day

 

Je repense a nos premiers jours, a notre arrivée a l’aéroport avec nos 3 valises de 25kg.

Nos premiers jours à l’hôtel, l’achat de la voiture, la signature du bail, la recherche d’emploi…

  

     

Notre premier été à Montréal a été magnifique. On a pu profiter des festivals, de l’ambiance de folie sur Crescent et Sainte Catherine. Montréal est une ville de fête. Les bars, les restaurants sont partout. Il a fait très beau, humide et vraiment chaud.

Les chaleurs suffocantes de l’été sont désormais passées.

 

 

 

 

 

 

Les couleurs de l’automne sont arrivées dès septembre. Mes parents sont venus me voir depuis Paris. Leur première fois au Québec. Quel plaisir de se balader dans les Laurentides, voir toutes ces couleurs éclatantes, le mont tremblant, déjà tellement hâte de venir y skier cet hiver. Nous avons mange une poutine a Québec âpres avoir pris le traversier a levis.

IMG00088-20101013-1345  parc mont tremblant

Mon premier Automne indien et ravi par ces couleurs magnifiques. La température s’est rafraichie mais ca reste quand même tres correct, on n’a pas encore sorti les manteaux.

 

Ca va surement bientôt changer! Nous avons eu les premières neiges pour Halloween.

Elle n’est pas reste longtemps mais nous a donne un avant gout de ce qui va nous tomber sur la tète prochainement.

Je suis bien prépare pour l’hiver : J’ai appris récemment que les pneus neiges étaient obligatoires a partir du 15 décembre jusqu’au 15 mars. J’ai par chance réussi à trouver un tres bon prix dans un centre de liquidation. 4 pneus neiges, jantes, pose et équilibrage pour moins de 300 $.

J’avais également réserve une place dans le garage chauffe de ma résidence pour éviter de passer 15 minutes à dégivrer mon pare brise tous les matins.

Ma technique de survie va être simple cet hiver : Le concept de l’apparte chauffe au garage chauffe a la voiture chauffe, a destination chauffe.

 

Mon travail se passe pour le mieux. Ma période de probation s’est terminée il y’a quelques semaines. Je bénéficie désormais d’une assurance médicale complète. L’ambiance est excellente et j’aime vraiment ce que je fais. J’ai déjà été augmente et me sens vraiment reconnaissant d’avoir trouve cet emploi.

 

Je meuble mon appartement petit à petit en fonction de mes moyens et ca commence vraiment à prendre forme. Un petit tour chez Canadian Tire et j’ai refait la peinture, et je commence à me sentir vraiment bien chez moi. Entre Kijiji, Wal mart et Winners, j’ai réussi à trouver de belles choses pour des prix raisonnables et je suis content du résultat.

 

DSC04611  DSC04612

 

DSC04625  DSC04626

 

Au niveau finances, écoutez, ca va pas mal. J’ai la chance d’être plutôt  bien paye alors je ne me prive de rien.  Quelques  restaurants par mois, beaucoup d’achats pour l’appartement.

Je fais le plein sans vraiment compter même si ca a bcp augmente ces derniers temps, c’est tjs considérablement moins cher qu’en France. Je ne sais pas a quel point c’est vraiment légal mais je vais souvent faire le plein a la réserve indienne de Kanawhake sur la rive sud. Bénéficiant d’un statut privilégié ils ne payent pas les taxes ni provinciale ni fédérale. Les cigarettes et le gas y est donc considérablement moins cher.

Pour vous donner une idée, en temps normal, le gas est aux alentours de 1.00$ au litre, pouvant même baisser jusqu'à 0.97$/litre. En ce moment nous sommes montes à plus de 1.16$. Je prends le gas pour 1.059 à la réserve.

 

Le cout de la vie est raisonnable, mais ce n’est pas peu cher. On fait avec un dollar ce qu’on ferait avec un euro. Alors honnêtement je ne regarde plus du tout le court de l’euro car ca m’importe peu ne comptant aucunement revenir en France prochainement.

 

cartes-de-credit-fleau-ou-benediction

 

Je devrais recevoir ma première carte de crédit prochainement toujours avec la RBC. J’ai opte pour un compte cheque d’opérations illimite pour 14.95$ / mois. Alors oui c’est énorme compare a un bon vieux CCP mais il ne faut pas comparer sinon on s’écœure tout seul. Je tenais à avoir une carte de crédit rapidement pour pouvoir commencer à construire mon crédit.

Ici, il faut s’endetter pour être solvable. Je vais faire tous mes achats a crédit, nourritures, gas, etc. mais rembourser mais factures tous les mois sans faute. Selon ma banquière, en 18 mois je devrais avoir un crédit tres favorable, ce qui sera intéressant si je compte changer de voiture ou acheter un condo.

 

Au niveau social. Je me suis fait beaucoup d’amis. En plus d’avoir la chance d’être arrive avec 2 amis tres proches, j’ai rencontre beaucoup de Québécois avec qui le courant passe tres bien.

 

Presque 6 mois déjà qui ont filés à une vitesse incroyable. Je suis tres reconnaissant que l’installation se soit bien passée. J’ai eu la chance de trouver un bon emploi rapidement ce qui m'a aidé dans tout le reste. Je suis vraiment content d’avoir choisi de m’installer à Montréal et ne regrette pas du tout mon choix. Au contraire, je pense pouvoir dire que je n’aurais jamais pu avoir le confort de vie que J’ai ici à Paris.

Ces 6 premiers mois ont donc été plus que positifs. Il n y’a évidemment pas que des avantages et je pense qu’il est important de bien peser le pour et le contre avant de se lancer dans une telle aventure.

Bien préparer son immigration en facilitera chaque étape.

Bonne chance à tous !

 

  

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 06:24

777866561_756c7ea327_o.jpg

 

L’idée de commencer ce blog m’est venue en commençant mes démarches d’immigrations.

Je n’avais à l’époque que le Canada comme sujet de conversation et ne pouvais pas attendre de me lancer dans l’aventure. Je passais des heures à arpenter la toile à la recherche de témoignages, d’informations pouvant m’aider dans mon projet.  Les blogs que j’ai trouvé à l’époque m’ont passionnés, et m’ont conforté dans mon envie de m’installer au Québec.

 

Ces dernières semaines, j’ai reçu plusieurs messages, des questions, mais aussi des remerciements, ce qui m’encourage à continuer de partager mon aventure en espérant en faire profiter le plus grand nombre. Ce blog est pour vous avant tout.  N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou si des sujets en particuliers vous intéressent.  Je ne prétends évidemment pas tout savoir après seulement 5 mois à Montréal mais je ferai de mon mieux pour traiter du sujet le mieux possible.

 

Alors encore un GRAND MERCI à vous, qui prenez le temps de lire ce blog et bonnes chances à tous dans vos projets.

 

Tous vos commentaires sont les bienvenus. Vous pouvez également me contacter par email.

 

 

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 00:25

Quand on s’installe au Québec, ou quand on vient au Canada pour la première fois, on n’est pas forcement familier avec les différentes enseignes commerciales.

 

Alors, ou aller pour dénicher les trésors caches? Ou aller acheter une bouteille de vin?

Faire ses courses? La literie? Voila un article qui vous donnera un aperçu des enseignes principales trouvées dans la région de Montréal. 

  

 

Première différence majeure avec l’Europe, il est plus rare de trouver un HYPER marche style carrefour, qui vent de l’alimentation, des vêtements, de l’électronique et tout ce qui s’en suit. En Amérique du Nord et on y échappe pas au Québec, on fait ses courses d’alimentation dans un magasin d’alimentation ou grocery store en anglais.

On n’y trouvera pas de liqueurs et une sélection de vin limitée. Quelques articles divers pour la maison seront disponibles mais la spécialité est bien LA BOUFFE.

A voir : le lait en sac… uh…intéressant ca.

LoblawsInside

              

 Enseignes par ordre Décroissant de prix et qualité. (Tout est relatif bien évidemment)

 

METRO PLUS

IGA

LOBLAWS

ADONIS

PROVIGO

MAXI

 

  

  

  SAQ (Société Alcool du Québec)

 

Ici le gouvernement du Québec a le monopole sur la vente d’alcool. Pas étonnant donc que les prix soit outrageusement élèves. L’alcool et le tabac étant les principales sources de taxes.

(il faut bien payer ce foutu healthcare system eh J)

On y achète vin, liqueurs, bières import. ATTENTION on ne trouve pas de bière domestique et les sélections de liqueur sont parfois limitées !!

Tellement dur de trouver un bon scotch ou de la vodka au cassis ou mandarine pourtant en vente libre a carrefour. La variété de vins du monde est intéressante par contre les vins français sont tres chers. Comptez au moins 10$ pour la pire vinasse en pack.

Pas mal : le Moët & Chandoin en PROMOTION : 65$ (+ taxes) au moins vous saurez quoi demandez qu’on vous ramène quand vous aurez de la visite.

 

SUPERMARCHES

 

L’équivalent des carrefours, Auchan et autres Leclerc sans L’alimentation ou tres limitée.

 

L’inévitable WAL MART. Ouvert 24/24 aux USA, il ferme bien ici

ZELLERS : une pale copie de Target? Des couleurs rouges au concept, aux caddies, On y trouve tout certes mais on n’égale pas Target comme ca… 

 

BONNES AFFAIRES/ Qualité a petit prix

 

Sans égal en France : ici on trouve de grandes marques à de petits prix mais ce n’est PAS un magasin d’usine. Un must go

 

WINNERS : L’équivalent de TJ MAXX aux USA. Appartient d’ailleurs au même groupe. Super marques et beaux vetements à bas prix.

 

HOMESENSE : La version maison de Winners. Des dessus de lit aux couettes Ralph Lauren, aux lampes, aux tables, lits…. Tout ce qu’il faut. Qualité, marque à bas prix.

 

PHARMACIES

 

On trouve dans les pharmacies plus que des médicaments. Produits de beauté, de toilette, stand de photographie pour les passeports, un comptoir de poste canada tres souvent.

Beaucoup de médicaments sont vendus libre service. Pour les prescriptions il faut se rendre au comptoir et souvent revenir plus tard en attendant que la commande soit prête.

 

JEAN COUTU

PHARMAPRIX

UNIPRIX

 

 

canal-walk-food-court1

FOOD COURTS

 

Le principe des Food courts commence à apparaitre en Europe mais est peu répandu. Le concept est simple : plusieurs comptoirs de fast food autour d’un hall à manger commun. Chacun peut donc choisir de manger différemment et manger a la même table.

 

ARTICLES DE SPORT

 

SPORT EXPERTS

FOOT LOCKER

ATMOSPHERE 

 

360845CanadianTire 1

BRICOLAGE

 

HOME DEPOT

CANADIAN TIRE

 

VENTE EN GROS

Magasins avec membership obligatoire à l’année (Comme métro en France)

 

COSTCO

 

MALLS OU CENTRES D’ACHATS

 

Il y’en a beaucoup a Montréal. Je mentionnerai ceux que je connais tous a 15 min de distance de chez moi :

 

CARREFOUR LAVAL (Le plus grand du Québec?)

ROCKLAND

PLACE VERTU

FAIRVIEW (Anglophone car dans le West Island)

CENTRE EATON

 

LECHE VITRINE

 

La rue Sainte Catherine est le centre d’intérêt principal, avec se4s nombreux restaurants, bars mais aussi ses magasins. De Urban outfitters a American Eagle, Guess, il y’en a pour tous les gouts.

Rue Saint Denis et Boulevard saint Laurent ont aussi plusieurs belles boutiques.

Rue de la Montagne on trouve des boutiques plus prestigieuses et le centre Eaton et la ville souterraine regorge de jolis magasins également.

  best-buy-store

ELECTRONICS

 

BEST BUY

FUTURE SHOP

 

Alors bon shopping! Et n’oubliez pas! Ici il faut être endette pour se construire un bon crédit. Faites tous les achats sur votre carte de crédit Canadienne !

 

CHEAP CHEAP !!

 

DOLLARAMA

L’inévitable dollarama. Un genre de «  Tout a Dix » ou on trouve de tout et n’importe quoi pour des prix n’excédant pas 2$. Bien pratique pour commencer à équiper sa maison pour pas cher !

 Dollarama

 

 

  

 
Repost 0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 05:29

plein-emploi

Je réalise ne pas encore avoir abordé un thème pourtant essentiel dans toute immigration : L’EMPLOI

 

Trouver un emploi est évidemment une étape obligatoire lorsqu’on arrive dans un nouveau pays et c’est  aussi loin d’être la plus facile.

Il y’a ce qu’on entends, ce qu’on lit, l’idée qu’on se fait du marché de l’emploi Quebecois avant d’arriver et la réalité telle qu’on la trouve lorsqu’on passe ses journées à arpenter les rues avec des CV à la main.

 

Le marché de l’emploi Quebecois est différent, c’est indéniable. La manière de se vendre, le CV, contacts…tout est différent.

Plus dynamique, nord Américain, pourtant on découvre rapidement que ce n’est pas forcement qu’un avantage.

 

Je suis arrive à Montréal en Juin. Travaillant pour la chaine Marriott à Paris, une sorte de transfert intra compagnie avait été arrangé. Apres quelques jours seulement, je me suis rendu compte que le poste ne me convenait pas du tout, je décide de quitter et me voila à la recherche d’un emploi en pleine installation.

 

Diplôme de l’Ecole de Paris des Métiers de la table, et travaillant dans l’hôtellerie restauration depuis une dizaine d’année, j’espère trouver un emploi rapidement.

Pourtant, en cette période pré-estivale, la plupart des étudiants sont en vacances et travaillent à plein temps.

De plus, avec les vacances de la construction, l’activité ralentit énormément, et les employeurs recherchent donc encore moins. La plupart des grosses entreprises avouent même attendre la rentrée pour reprendre leur recrutement.

 

Habitant en banlieue dans l’ouest de l’ile de Montréal, j’ai concentré mes recherches dans mon secteur, voulant à tout prix éviter le trafic épouvantable quotidien.

A 10 Min de Guy Concordia sans trafic, cela peut prendre jusqu'à 45 min quand Decarie se transforme en parking. La banlieue ayant moins de restaurants et d’hôtels qu’au centre mes possibilités étaient également diminuées.

 

Autant de facteurs, qui ne m’ont pas rendu la tache aussi facile que prévu.

Me voila donc rendu CV à la main, à démarcher les Capsule sportives, Firegrill…..et tout ce qui se trouvait sur mon chemin.

Ne trouvant pas après plusieurs jours, je commence à écumer les centres d’achat, magasins de sport, de vêtements.

Avant de finalement trouver un restaurant italien qui  accepte de me donner qq heures.

Le gérant vient de Nice, Il est clair avec moi, il n’a pas besoin de moi. L’activité est très calme, tous ses étudiants travaillent à plein temps. Mais mon CV Français lui plait, bon contact et il me promet de m’appeler.

Alors oui, après avoir travaille à la Tour d’argent, chez Guy Savoy et avec Alain ducasse et Robuchon, on s’entends, c’est pas la même affaire !

Quelques heures ici et la, souvent appelé le matin même, à servir les tables dont personne ne veut n’est pas le plus gratifiant.

 

Mais c’est bien la toute la clé. Nous autres, maudits Français ou arrivants de tous horizons, arrivons souvent avec une estime très haute de nous même. On faisait ci ca, avant de venir au Quebec, on gérait telle équipe, on avait telle position. On assume qu’on mérite tel poste.

Pourtant quand on arrive ici, ben ne l’oublions pas ! ON EST PLUS CHEZ NOUS !! Et notre profil professionnel qu’on trouve si attractif peut paraitre fade quand on se prend 3 refus dans la journée.

Le professionnalisme et le sérieux Européen peut paraitre coincé et pas assez amical.

Je suis complètement bilingue ce qui s’est toujours révélé être un atout énorme en France.

A Montréal, on est déçu de savoir que tu n’es pas trilingue ou plus.

 

Apres avoir passé 2 entretiens j’ai finalement eu la chance de trouver un emploi dans un hôtel 4 étoiles à 7 minutes de chez moi.  L’ambiance y est relax mais extrêmement dynamique et professionnelle, les avantages nombreux, la couverture médicale excellente et totale (dents et yeux inclus) et la paye vraiment bonne. La compagnie fait également partir des 50 meilleurs employeurs au Canada.

J’ai donc eu la chance de trouver un poste parfaitement dans mon domaine des relations clientèles et m’y plait beaucoup. A l’heure ou j’écris ces lignes, ma période de probation est terminée et j’ai déjà été augmenté et m’épanouis complètement.

 

Je ne travaille plus au restaurant Italien mais en garde un excellent souvenir. Cela m’aura permis de payer mes premières factures mais également de rencontrer des gens.

Je repense en souriant à ces premières semaines d’installation qui sont souvent tellement couteuses. L’achat de la voiture, les premiers loyers, meubler l’appartement, avoir tout à acheter, voir ses économies diminuer.

 

C’est dans ces moments la qu’on prend une leçon d’humilité et qu’on est prêt a faire n’importe quoi. Donne moi quelques heures ici, quelques heures la bas, c’est de l’argent qui rentre. Quand on a des factures à payer on ne  se dit pas, « oui moi en France j’étais responsable de ci ou ca. » On essuie la table et on se dépêche en espérant que les clients mangent vite pour pouvoir en prendre d’autres !

 

Il parait que trouver un emploi dans son domaine prends environ 6 mois en moyenne.

On entend des histoires pas croyables de docteurs des pays de l’est ou maghrébins qui se retrouvent chauffeurs de taxis car on ne reconnait pas leurs diplômes. Etre ambitieux et conquérant à toujours été ma ligne de conduite. Pourtant, il ne faut pas toujours espérer trouver le statut qu’on avait dans notre pays d’origine tout de suite. Retourner en bas de l’échelle n’est pas une étape systématique, mais bien possible dans certains cas.

 

Même si on ne trouve pas dans son domaine tout de suite, il ne faut pas hésiter à prendre 2, 3 boulots pas du tout dans notre domaine, c’est toujours mieux que de rester chez soi à se lamenter. Il n’ya rien de rabaissant. Ce qui est rabaissant, c’est de se croire trop beau pour faire des petits boulots.

 

Bien plus que l’aspect financier évident, trouver un emploi ouvre les portes à toute une vie sociale. Rencontrer des gens, des locaux, voir une manière différente de travailler, de gérer.

L’ambiance est plus détendue, relax. Tout le monde se tutoie, on parle de la game de hockey avec le directeur général. Mais ne nous y trompons pas. Le professionnalisme est redoutable et l’efficacité obligatoire. On peut décrocher un emploi en 1 jour mais également se faire virer en 1heure.

 

On dit que 80% des emplois ne sont jamais postés mais sont décrochés grâce à des connaissances, à ce fameux réseau social si important lorsqu’on arrive dans un nouveau pays.

 

Le manque d’expérience nord Américaine est souvent un facteur défavorable et l’anglais, quoiqu’on soit au Quebec est obligatoire surtout si on travaille en contact avec de la clientèle ou dans les services.

 

Décrocher mon emploi aura pris un mois et demi. Je m’en sors donc pas mal et je suis évidemment très reconnaissant. Je peux dire avec assurance que mon intégration est réussie en majorité grâce à cet emploi, qui me permets de bien gagner ma vie, de rencontrer des gens et de bénéficier d’une bonne assurance médicale. (la RAMQ oubliez ca)

 

Pour vous donner un autre aperçu, Demba qui est la en PVT a trouvé un emploi en tant que serveur dans un des meilleurs restaurants de Montréal. Travaillant à plein temps, il a doublé son salaire parisien. (2600 $ /mois) Le travail est y dur mais il s’y plait et compte renouveler son visa pour 18 mois avec eux.

 

Tony, diplômé d’école de commerce et fort de toute son expérience n’a pas encore trouvé dans son domaine. Voila presque 4 mois qu’il envoie des CV tous les jours, se démène, suis des formations, des réunions d’informations, passe des entretiens, adapte son CV aux normes Quebecoises. Il est irréprochable dans sa recherche mais le marche s’avère bcp moins dynamique qu’il ne l’espérait.

En attendant, il a trouve un petit emploi qui ne lui plait pas du tout.

Nous sommes confiants et savons qu’il va trouver prochainement.

 

Il y’a du travail et des opportunités énormes au Quebec. Néanmoins, il faut prendre son temps et être prêt à revoir ses ambitions à la baisse en attendant de trouver un poste dans notre domaine.

 

EMPLOI~1

A SAVOIR :

 

Paye toutes les 2 semaines le jeudi ( la plupart du temps)

Paye à L’heure

Salaire moyen pour un petit job : 10$/heure

80% des emplois s’obtiennent par réseautage

Les payes de cadres peuvent monter très vite. (40K +)

 

http://emploiquebec.net/index.asp

 

CITATION DU JOUR (entendue à la radio)

 

« Le chômage augmente au Quebec en raison d’un plus grand nombre de demandeurs d’emploi. » Ca c’est de l’information !!!

Repost 0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 23:57

136

 

Aujourd’hui, deuxième lundi d’Octobre, c’est Thanksgiving  ou l’action de grâce au Canada. Aux Etats Unis, elle sera fêtée le quatrième jeudi de Novembre.

 

Même si les origines divergent quelque peu, Thanksgiving corresponds à un jour de reconnaissance à Dieu pour les bonheurs reçus pendant l’année et célèbre également la fin des moissons.

Les origines de l’Action de grâce au Canada remontent à l’explorateur anglais Martin Frobisher, qui tentait de trouver le passage nordique vers l’Orient.

En 1758, il tient une cérémonie formelle, afin de rendre grâce pour avoir survécu au long voyage. On considère cette cérémonie comme la première Action de grâce canadienne, et la première à avoir eu lieu En Amerique du Nord. 

 

À la même époque, des colons français, ayant traversé l'Ocean Atlantique et s’étant installés au Canada avec l'explorateur Samuel de Champlain, organisent également de grandes fêtes pour rendre grâce à Dieu. Ils partagent volontiers leur nourriture avec leurs voisins autochtones.

Après la revolution Americaine, les réfugiés américains qui étaient demeurés loyaux (Les Loyalistes) au Royaume-Uni sont exilés des États-Unis et s’installent au Canada. Ils apportent avec eux les coutumes et traditions de l’Action de grâce américaine.

 

Le 31 Janvier 1957, le Parlement du Canada fixe la date au deuxième lundi d’octobre de manière permanente par une proclamation : « Une journée pour rendre grâce au Dieu tout-puissant des bienfaits dont jouit le peuple du Canada... »

 

Un jour spécial de reconnaissance donc, à célébrer en famille. Le menu typique sera la fameuse dinde farcie, du pain au mais, du mais, de la purée de pommes de terre, des cranberries, du gravy, des haricots verts, de la tarte aux pommes,  terminez le tout avec un bon match de Football !

 

Au Québec, la fête est peu célébrée.

 

 

Repost 0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 00:15

canada-u s -flag

Quand on arrive à Montréal  ou à Toronto pour la première fois on voit les grattes ciels, les fast-foods, les  gros SUV. Oui… on ne peut pas s’y tromper, on est bien en Amérique du nord.

Il est vrai qu’excepté les panneaux en français, il serait facile de se croire dans une ville Américaine de plus.  Pourtant, non….on est bel et bien au CANADA, du coté nord du 49e parallèle qui sépare les Etats Unis et le Canada sur plus de 6000 km.

 

De manière générale, on à souvent tendance à regarder les 2 pays comme très similaires.

Les plus infects qualifieront même le Canada de « pâle copie » du pays de l’oncle Sam.

 

Il est vrai que l’histoire, le passé colonial Britannique, les mouvements d’immigration de part et d’autre de la frontière font que les 2 nations ont des destins croisés incontestables.

Pourtant, socialement, les similitudes s’arrêtent là.

 

Alors que les Américains se libèrent de l’impérialisme Anglais en 1776 devenant, «  La terre des libres, la maison des braves », les  Canadiens eux, resteront fidèles à la couronne d’Angleterre. Confédération dès 1867 puis Dominion ils ne deviendront réellement indépendants et complètement autonomes qu’en 1982.

 

Par la suite, les relations entre les 2 voisins resteront ambigües. Tumultueuses au début avant de devenir les partenaires commerciaux les plus unis au monde. Diplomatiquement, les relations sont excellentes. Les Etats-Unis et le Canada partagent la plus longue frontière démilitarisée au monde. Sur le plan, International, les 2 gouvernements font front commun la plupart du temps même si le Canada a tenu à se démarquer récemment notamment en s’opposant à l’invasion en Irak.

 

N’oublions pas qu’une grande partie de la population initiale du Canada était composée de colons qui ont littéralement tournés leurs dos à la vision politique des Etats Unis.  Au 18ème siècle, près de 75 000 loyalistes  quittent leur terre natale pour des territoires ou ils pourraient continuer de vivre sous le drapeau de l’empire Uni Britannique.

 

Pas forcement surprenant donc qu’un certain sentiment anti-Américain est latent au Canada. Pendant longtemps et pour beaucoup, l’anti-américanisme était  la seule manière Canadienne de se démarquer, et donc d’afficher sa propre identité.

Sentiment renforcé  ces dernières années, alimenté par l’emprise si influente, culturelle et médiatique du numéro un mondial sur un Canada sans réelle identité culturelle propre. (HORS QUEBEC Je reviendrai sur le sujet plus tard)

La volonté franche également de se démarquer de la politique Américaine.

 

De la BC au Québec, en passant par l’Alberta et les prairies chaque Canadien s’accordera qu’ils sont très…différents les uns des autres. Pourtant tous seront d’accord sur le fait QU’ILS NE SONT PAS AMERICAINS !!!!

 

canam flag

 Alors au delà des débats identitaires, qu’est ce qui différencie réellement les 2 Pays ?

Pour avoir vécu des 2 cotes de la frontière, je pense qu’il est honnête de dire qu’ils sont somme toute assez proches. La vie de tous les jours et le mode de vie d’une famille type sont relativement similaires.

Les sports, l’éducation, les fêtes, les magasins, les bâtiments, les routes…tout est très ressemblant, et de manière croissante à mesure qu’on va vers l’ouest du Canada et ses provinces anglophones.

 

Au niveau économique il est évident que la première puissance économique mondiale est hors catégorie par rapport au pays des Caribous avec un PIB plus de dix fois supérieur.

Néanmoins, la récente récession a prouvé que le système Canadien était peut être mieux armé et surtout plus protégé face à d’éventuelles périodes de crises.

   

Le système de sécurité sociale, un système certainement plus libéral également avec une tolérance plus prononcée en faveur de l’homosexualité par exemple mais plus restrictive au niveau du port des armes, font que le Canada est différent sur plusieurs pointsbien qu'un net sentiment de patriotisme Canadaien fait surface de plus en plus, le patriotisme Américain est bien évidemment plus prononcé.

Je ne m’aventurerai pas dans des débats de pour ou de contre car ce n’est pas du tout le sujet de mon étude.

Je ne dirai pas que les Américains sont plus arrogants que les Canadiens.

Et quoi que de manière générale les Canadiens sont il est vrai des gens charmants, tous les Américains ne sont pas désagréables et la plupart d’entre eux sont même particulièrement amicaux. On ne peut pas faire de généralité sur un pays et je n’en dirai pas plus à ce sujet.

 

Je pense qu’au jour, le jour, il fait bon vivre de part et d’autre de la frontière.

Au contraire des Etats-Unis qui se sont établis et ont trouve une identité commune, le Canada, encore jeune pays autonome est toujours en plein développement, en devenir, peut être même encore en quête de son identité propre. ( HORS QUEBEC)

Dans la grande Mosaïque culturelle, qu’est le Canada beaucoup de citoyens en sont encore a la première génération. Je m’attarderai plus sur le sujet dans une étude à venir.

 

J’aime regarder  la relation entre les Etats-Unis et le Canada, comme celle entretenue entre la France et la Belgique. Comme le Canada, la Belgique est en proie à divers conflits dus à l’identité linguistique et est très semblable à la France.

 

Deux pays bien distincts et pourtant, le dépaysement n’est pas flagrant quand on s’aventure dans le plat pays. Même voitures, même routes, styles de vie très semblables.

Alors oui, on aime bien se moquer d’eux, les blagues belges, leur accent. On les prend bien souvent avec un certain sentiment de supériorité. La France est plus puissante, plus influente, plus médiatisée mais en fin de compte, les Belges n’ont en ont rien à cirer et ne viendraient en France pour rien au monde. Tout le monde s’accordera également à dire que les Belges sont des gens tellement plus agréables que les Français.

 

Alors pour résumer, je pense qu’il faut respecter le Canada pour ce qu’il est et ne pas forcément à tout prix chercher à le comparer à son voisin. Les Canadiens, quoique n’ayant il est vrai pas une entité bien distincte, sont un peuple unique et ils méritent qu’on les considère en tant que tels.

 

Je suis pour ma part, très fier d’être au Canada, et non pas «  à 6h de New York. »

Vive les Castors ! (C’est comme ça qu’on dit non ?)

 

Repost 0
Published by Yann - dans BILLETS
commenter cet article

  • : Monrégal, Canada
  • Monrégal, Canada
  • : IMMIGRATION CANADA: De Paris à Montréal, vivez l'installation d'un jeune Français au Canada. Récits, démarches, infos, nombreuses photos
  • Contact