Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 02:01

181829 149140791809008 100001392634260 286666 7361308 n

Lorsque nous avions laissé Demba la dernière fois à la fin 2011, il venait de commencer ses 18 mois de visa jeune professionnel. Il avait déménagé dans un bel appartement sur les hauteurs du Mont Royal et comptait lancer sa RP rapidement après.

A la demande de beaucoup, je voulais vous donner quelques nouvelles.

Pour les autres, je vous invite à lire l’article « Bonne Année 2012 »

 Arrivé en PVT, Demba décrit sa première année comme une année de vacances.

Très social, Demba n’a pas tardé à se créer un grand cercle d’amis. Ayant décroché un bon emploi dans l’un des meilleurs restaurants de Montréal, Il n’a eu aucun mal à obtenir son visa jeune professionnel de 18 mois.

 

Plein d’optimisme, enchanté par sa première année à Montréal, Demba avait quitté la frénésie de Sainte Catherine pour emménager dans un plus grand appartement sur les hauteurs du Mont Royal.

Nouveaux meubles, achat d’une belle voiture, vie sociale très occupée, Demba continuait de surfer sur le succès et concrétisait, une à une, les opportunités que le Québec lui offrait.

 

Très rapidement après avoir obtenu son jeune professionnel, nous entamons les démarches pour la RP. Le dossier est rempli, l’argent prêt à être viré, tout semble être une formalité. Il ne manque que quelques papiers restés en France à faire envoyer afin de joindre au dossier.

 

Nous recevons les papiers seulement 6 mois plus tard suite à plusieurs complications.

Nous voulons réimprimer la demande RP en ligne afin de mettre les dates à jour mais nous apercevons avec surprise qu’un test de Français est désormais exigé.

Nous appelons mais les seules disponibilités ne sont que 3 mois plus tard…

Vivant sur place, nous ne consultions plus les forums et n’étions vraiment pas au courant des changements.

 

3 mois plus tard donc, après avoir vérifié que Demba savait lire, écrire et parler sa langue maternelle, ses résultats lui sont envoyés  mois après le test.

Entre temps, les frais de demande RP ont également augmentés.

Le dossier est complété et envoyé.

 

2 mois plus tard, le dossier nous est retourné. Il manque apparemment des certificats de travail à Paris. Nous contactons Paris pour faire envoyer une attestation de travail, ce qui semble être une requête bien compliquée pour les ressources humaines.

Bref on renvoie finalement le dossier. Nous ne recevons pas d’accusé de réception.

L’attente, l’attente, les semaines et les mois passent…un peu trop.

 

Demba appelle finalement immigration Québec, qui avoue trouver son dossier nulle part. Apparemment son dossier a été perdu. L’agente est coopérative et arrive finalement à le retrouver. Elle promet de faire suivre au plus vite.

Demba reçoit encore son dossier… Il fallait mettre les originaux. On renvoie le dossier.

On lui renvoie à nouveau. Il lui manque le certificat de travail que nous avions envoyé la première fois. Un cauchemar.

 Demba reçoit finalement un accusé de réception. Plus de 18 mois après avoir rempli la première demande. Seulement, vous savez compter…le jeune professionnel est expiré.

 

Demba a fait une demande de visa de travail, ce qui lui donne un sursis de quelques mois, n’ayant pas reçu de réponse négative. Mais celle-ci arrive finalement.

 

J’avouerai sans pudeur, à quel point il est difficile de voir le monde qu’on s’est créé, s’effondrer sans qu’on puisse rien y faire.

Demba est obligé d’arrêter de travailler du jour au lendemain. Il doit sortir du territoire, revient en touriste. Mais les économies s’amenuisent de jour en jour.

Il doit quitter son appartement, en trouvant un locataire pour reprendre son bail. L’appartement lui demande tout de même 3 mois de loyers.

 Le déménagement de Demba a été l’un des moments les plus pénibles depuis notre arrivée.

Voir tout ce qu’il avait construit, avec tant de travail, de passion, être jeté dans des sacs n’a pas été facile.

 

Les 2 années et demie ont passées en un clin d’œil. Une accumulation de contretemps et de contrariétés ont empêchés Demba d’obtenir son CSQ avant l’expiration de son jeune pro.

Nous avons été très surpris de voir à quel point les mesures avaient changées depuis ma demande quelques années plus tôt. Les délais ont augmentés, le dossier est plus compliqué.

Cela m’avait pris 2 mois à obtenir mon CSQ. Ce n’est plus le cas.

 

Apres une année 2013 cauchemardesque, Demba revient à Montréal en Janvier 2014. Il a obtenu un visa de travail d’un an. Il a également reçu une convocation à un entretien pour son CSQ. Les délais d’attentes étant moins longs en France, il retournera à Paris en Mars pour le faire.

 

Le restaurant pour lequel il travaillait a immédiatement accepté de le reprendre.

Demba est un survivre. Il l’a démontré au cours de ces dernières années. En gardant les sourire, il a repris le travail. Re-retrouvé un appartement temporaire. Il espère entrevoir une lumière au bout du tunnel après une année noire.

 

Je lui ai souvent demandé pourquoi il voulait tant revenir Montréal. Il n’est juste pas de ceux qui abandonnent leurs ambitions. Il sait que ses meilleures opportunités sont ici. Même s’il avoue être souvent tanné du Québec. Mais son visa l’oblige à rester à Montréal. Il avisera ce qu’il veut faire lorsqu’il aura sa RP. Pour l’instant, il continue de reconstruire et s’efforce de poursuivre sa route.

 

 

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 06:29

 

full-large.jpg

1er Janvier 2012

 

Et oui…Déjà. On dit ca chaque année mais que le temps passe vite.

En ces premières heures de l’année, le moment ne peut pas être mieux choisi pour faire un point sur ma première année au Québec.

 

L’heure du bilan, certainement pas, il est bien trop tôt pour se hâter a des conclusions définitives après moins de 2 ans passes ici. Mais il est toujours bien de regarder par-dessus son épaule pour mesurer le chemin parcouru.

 

Avant toutes choses, et comme le veut la tradition, je voudrais vous souhaiter a tous une très bonne Année 2012. Qu’elle soit pour chacun de vous, remplie de joie, de succès et de sante. Une année québécoise ou Canadienne pour certains d’entre vous, de démarches pour d’autres, de questionnement, et même de retour en France pour certains.

Dans tous les cas, je souhaite qu’elle soit pour tous, une année ou vos projets se concrétiseront.

 

Ce blog, petit aperçu du Québec, perdu au milieu d’une jungle d’information en la matière, a pour but de partager mon installation ici. Je ne suis pas consultant en immigration auto proclame. Les infos contenues dans ce blog sont même rendues de plus en plus obsolètes par les changements récents des démarches d’immigration.

Je n’ai jamais prétendu être un exemple d’intégration au Québec, et relate simplement mon point de vue personnel. Mes propos et mes ressentis n’engagent bien évidemment que moi, chaque expérience étant différente et unique a chacun.

 

Vous avez été nombreux à visiter les pages de ce blog au cours de ces 2 dernières années et je vous remercie pour votre intérêt et votre fidélité.

Je communique et garde contact avec bon nombre d’entre vous et suis toujours content de répondre à vos questions.

 

Apres un début Décembre très doux, l’hiver s’est désormais bien installé. 59 cm de neige au sol et une pointe basse a -24 degrés ont envahis Montréal.

Les premières pluies verglaçantes de l’année ont tout recouvert d’une couche de glace d’un cm, laissant sur la ville une impression d’apocalypse glacial.

 

J’habite toujours à Saint Eustache et ne regrette mon choix pour rien au monde. J’apprécie plus mon nouveau cadre de vie à chaque jour. Quel plaisir de se réveiller le matin sans un bruit, de voir la lune se refléter  sur le manteau blanc et glace du Saint Laurent en rentrant chez nous. Quel plaisir de voir les sapins des Laurentides, recouverts de neige, et les flocons illuminer les collines avoisinantes. A 30 min du centre ville, je ne suis jamais loin des attractions et du party.

Le train de Ste Dorothée m’emmène à la gare centrale en 25 min et j’ai le choix des autoroutes 13 et 15 pour rejoindre la 720. Montréal ne me manque pas, mais j’aime y retourner fréquemment tous mes amis y habitant.

 

Vous souvenez vous de Demba ? Il a donc renouvellé son visa pour 18 mois et travaille toujours au même endroit. Sa tache est difficile, exigeante, et les horaires contraignants. Pourtant il s’accroche à force de ténacité et de courage, conscient de ce qu’un emploi stable représente. Rares sont les PVTistes qui Gross +40K la première année !

 

Il a quitté le tumulte de la rue Sainte Catherine pour s’installer sur la très chic avenue des pins sur les hauteurs du Mont Royal. Un beau 3 et demi, spacieux et confortable. Le loyer y est ridiculeuseument cher mais il attend ses papiers pour acheter un condo.

 

Nous avons d'ailleurs entamé ses démarches de RP.

Comme tout le monde, nous avons eu la surprise de voir que des tests de Français étaient désormais obligatoires. Au delà des $290, c’est bien les délais et les complications que ca entraine qui sont extrêmement frustrantes.

Je comprends tout à fait qu’avoir un niveau de Français raisonnable soit un critère primordial lorsqu’on désire s’installer au Québec. Mais l’imposer a des Français, nés en France, ayant fait toutes leur études en France…me semble absolument ridicule.

On ne peut pas faire d’exception me direz vous ? Bien sur qu’on pourrait. Dans le cadre d’accords bilatéraux, comme pour la carence sur la RamQ par exemple.

Les listes d’attente pour passer ce test à Montréal sont de plusieurs mois et l’original des résultats prend  un mois à arriver. Des mois d’attente avant de pouvoir envoyer son dossier. Sans compter les frais de Résidence qui augmentent a plus de $300.

C’est assez pour décourager beaucoup d’Europeens francophones, écœurés par toutes ces complications. Ceux-ci étant pourtant la cible privilégiée d’Immigration Québec.

 

Comme énoncé précédemment, les informations relatant à mes démarches sont de plus en plus obsolètes. Un lecteur, m’apprenait récemment que la carte RP doit désormais être récupérée en personne. Ce qui est honnêtement une amélioration si il n’ ya pas de délai pour récupérer cette carte. Car cela évite de devoir faire une deuxième demande si on est juste venu valider sa RP avant de repartir.

 

Tony, le troisième mousquetaire, à enfin trouvé un emploi dans son domaine. On se souvient qu’il avait eu toutes les peines du monde à trouver un emploi convenable avec son Bac+5 école de commerce et ses 4 années d’expériences à Paris.

D’un emploi à mi temps a un autre, il a pris son mal en patience. Quoique découragé et déçu par le marché du travail Québécois, il n’a jamais baissé les bras. Le décalage entre la propagande du plein emploi et d’embauche a égalité des chances et la réalité l’a frappé de plein fouet. Et il a été  confronté aux difficultés qu’il croyait avoir laissé en France.Se faire rappeler le jour meme après avoir déposé son CV par un recruteur enchanté. Puis se présenter à l'entretien et se faire dire que finalement il lui manque de l'expérience Nord Américaine. Ou qu'on est emballés par son profil mais qu'on le rappellera alors que la veille le poste etait a pourvoir au plus vite...Que de pertes de temps. que de deceptions. Il aura pourtant tout fait: réunions d'anciens élèves de son école de commerce pour agrandir son réseau ( ce qui lui obtiendra son deuxième job à temps partiel),  Impression de cartes d'affaires, Adhésion à l'ordre des acheteus du Québec.

 

Quoique toujours moins payé qu’en France, et les horaires étant difficiles, il retrouve un confort de vie plus conforme a ses standards parisiens, soit une année et demi après son installation. Tony en a profite pour élargir son réseau social et aime de plus en plus la vie Montréalaise. Il a pour projet de passer son permis de conduire prochainement et a également repris les cours à HEC Montréal.

2012 sera sans aucun doute l’année de la rédemption pour lui qui a du tant ramé depuis son arrivée. Tous ses efforts vont payer mais son parcours nous montre que la réalité est souvent bien éloignée du livre d’immigration Québec.

 

Tony est arrive blindé dans la tête et financièrement. Son poste a Paris et son train de vie en France lui avaient permis d’arriver avec un très gros budget. C’est  sans doute grâce à ca qu’il est toujours ici en ce début 2012. Cela prouve que l'aspect financier n'est pas à négliger, et qu'il ne suffit pas de se conformer au minimum requis ou de savoir si Immigration Canada check si on a le montant. C'est bien NOUS qui auront besoin de ces fonds quand le travail n'arrive pas et que les jobines ne sont pas assez pour payer le loyer!

 

Lui qui avait une vie sociale si active a Paris a ressenti plus que les autres, le poids de la séparation malgré les visites fréquentes de ses amis. Il a douté, souvent. A  été découragé. Parfois à 2 doigts de plier bagages. Je m’attarderai surement sur le parcours de Tony plus en détail. Car ses difficultés ne sont pas un cas isolé. Et c’est important d’en être conscient. Tout n’est pas rose ici, Tony en témoigne parfois de manière amère. La neige, le froid, la séparation les difficultés d’emploi l’ont entamés loin dans sa motivation. Et même si il est aujourd’hui intégré, épanoui et heureux, il se souviendra de ces épreuves qui l’ont rendu plus fort.

 

Je termine ce premier post de l'année en vous renouvellant mes voeux les plus sincères. 

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 04:15

DSC05043

Jeudi 28 Juillet 2011   3 : 47 am

 

Et voila. Voila venu le temps de tout ranger. De mettre un an de vie dans des boites. Je ne connais ça que trop bien. Au cours de ces 4 dernières années, j’ai fait ça 5 fois. Oui. Le gars a la bougeotte. C’est le cas de le dire. Minneapolis, Paris, Val-Thorens, Copenhague, re-Paris, Montréal…et Saint Eustache. Ma vie n’à pas été des plus stables ces dernières années, pourtant cette fois ci, le déménagement à un gout différent car c’est bien chez moi que j’emménage enfin.

Après avoir pas mal voyagé, découvert, ai-je enfin trouvé le coin de terre ou je me sens bien ? L’avenir nous le dira. Depuis mon arrivée ici au Québec, les choses vont plutôt bien. Elles avancent. J’aspire désormais à un peu de stabilité et le Canada me semble un bon endroit pour enfin poser valises.Un bon compromis, un bon équilibre  entre mes expériences, mes aspirations et mes ambitions.

 

J’ai eu la chance de trouver un bon emploi à mon arrivée et de pouvoir enfin acheter mon propre chez moi. Chose inespérée à mon départ de Paris il y’à un peu plus d’ un an.

C’est fou ce qu’on peut accumuler comme foutoir en un an. Les 3 valises de 25kg se sont transformées en un amas de boites, de cartons, de souvenirs qui me reviennent alors que je décroche mes tableaux. Peu etre exagéré de parler de nostalgie, mais je mesure le chemin parcouru depuis notre arrivée et mon emménagement ici.

 

Que de démarches ces dernières semaines, depuis la concrétisation de mon installation dans les Laurentides. Changements d’adresse sans fin, organisation du déménagement, rendez vous à la banque et chez le notaire…mais ça vaut le coup.

 

J’ai d’ailleurs rendez vous dans 6h pour signer mon premier acte de vente immobilier. Je ne pense pas me tromper en faisant un tel achat mais le doute est toujours présent au fur et à mesur que le stress augmente. Nous verrons bien ou tout cela nous mènera. Une chose est sure, je ne regrette mon choix d’avoir tenté l’aventure Québec et encouragent tous ceux qui y pensent à sauter le pas et se donner les moyens d’y réussir. Pas parce que le Canada est meilleur qu’autre part. Car ça ne l’est pas. Du moins pas pour tout. Mais c’est un endroit ou il fait bon vivre. Et ou il est possible de réaliser ses projets de manière rapide.

 

Sur ce bonne nuit !

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 06:10

montreal-centre

Il y’a exactement un an jour pour jour, j’atterrissais à Montréal avec mes 3 valises et plein d’espoirs. La RP validée depuis le mois de septembre 2009, je revenais enfin m’installer pour de bon, ayant pris quelques mois pour finaliser mon départ et réunir les fonds nécessaires.

 

Pas d’appartement, pas d’amis, je n’étais venu à Montréal qu’une seule fois auparavant. Alors oui, j’avais parcouru la toile de long en large a la recherche d’informations, de témoignages, mais rien ne vaut de vivre une expatriation en terre inconnue soi même pour en mesurer le prix. Tous les noms sont nouveaux, les routes ressemblent a un labyrinthe parsemé de nids de poules, tous les paysages nous sont inconnus.

 

On a souvent pas beaucoup dormi la veille, on a trop attendu ce moment, la concrétisation d’un projet de souvent plusieurs années.

Maintenant qu’on est la, un mélange d’excitation et de nervosité nous prends au ventre. Encore sous le choc des aurevoirs à la famille à Roissy, a tout ce qu’on laisse derrière.

Encore sous le décalage horaire, un accent nouveau bourdonne à nos oreilles.

Je connais bien l’Amérique du nord, mais pas le Québec.

On s’oriente comme on peut. On renverse les standards peu à peu en se disant qu’ici, c’est bien nous les étrangers.

 

Tout est à construire. Recherche d’emploi, réseau social, appartement, meubles et accessoires de la petite cuiller au rideau de douche en passant par le papier toilette et du sucre en poudre.

Voiture. Assurance. Démarches. Ramq. NAS. Demande de carte RP. Echange de permis de conduire. Hydro Québec. Téléphone portable. Nous voila soudain emportes dans un tourbillon de démarches sans fins.

 

Les démarches se sont malgré tout faites très rapidement. Le NAS et la Ramq dans la même matinée. L’échange de permis a été plus complique mais a été obtenu sans problème.

Nous avons atterri, le samedi après midi, et j’achetais ma voiture le lundi matin ! Ca nous a permis de nous déplacer tout de suite ce qui s’est avéré précieux en bien des domaines.

En moins de 2 semaines, j’avais tous mes papiers, un appartement, une voiture et un travail.

 

C’est par la suite que les choses se sont un peu compliquées. Apres seulement quelques jours, mon travail ne m’a pas convenu et j’ai décidé de partir. Il a donc fallu chercher un nouvel emploi ce qui n’est pas facile a cette période de l’année.

 

L’excitation du début à laisse place à un jugement plus objectif de ce qu’on est en train de vivre. Il parait qu’une immigration se vit en 3 phases :

 

L’excitation du début ou on voit tout en beau

Le contre coup, ou la déprime s’installe et on voit tout en mal

Et enfin, la phase d’équilibre ou on se fait aux 2 cotes ou on rentre chez nous.

 

port montreal aggrandi

 

Un an plus tard donc, voila un bout de chemin accompli. J’ai un bon travail qui me plait et ai même été élu employé du  premier trimestre 2011. Nous avons rencontre beaucoup d’amis et je ne m’ennuie jamais. Mon appartement est meuble et confortable et j’envisage d’acheter un condo prochainement.

Dans la plupart des domaines, j’ai trouve ce que je suis venu chercher au Québec.

Un confort de vie excellent, une qualité de vie agréable, un style de vie nord américain, une dynamique d’emploi, des espaces et des paysages magnifiques, un état d’esprit ouvert.

J’ai eu la chance de venir avec 2 amis proches qui ont vécu cette expérience avec moi. Ca s’est avéré être une aide et un soutient inestimable et a été pour beaucoup dans ma joie de vivre ici.

 

matt de cost art winn age9-12Pour les points plus négatifs, je regrette le communautarisme exigu qui existe à Montréal. J’en ai parle dans plusieurs articles précédemment, Montréal est une ville TRES cosmopolite. Cohabiter avec toutes ces différentes cultures et nationalités n’est pas toujours un avantage. C’est bien d’avoir de la diversité mais la c’est trop et on en a que les désavantages.

Laval est déjà mieux, et encore, des quartiers comme Chomedey deviennent pareil.

Il faut s’éloigner de la région de Montréal pour trouver un cadre de vie beaucoup plus agréable.

 

Les routes sont en état déplorable. On arrête de compter les nids de poule après 1000.

Alors certes, les hivers sont rigoureux et les êtes chauds et les écarts de température ajoutes au sel sur la route sont très dur sur le bitume. Mais les routes Ontariennes ne sont pas dans cet état lamentable et ont pourtant les mêmes conditions.

Les routes sont fermées pour rénovation presque à chaque soir, entrainant des bouchons énormes même en plein milieu de la nuit. Circuler à Montréal est un cauchemar.

 

swine_flu_waitin_301401gm-a.jpgLe système médical est une honte. Les taxes hautes garantissent un système médical pour tous. Le Québec étant en pénurie de médecins, il n’est pas rare de devoir attendre 12h pour être consulte de manière rapide et odieuse. Les installations et les équipements sont bons et il est possible d’être bien soigne ici comme en France mais il faut payer. Les mutuelles ne couvrent pas la totalité des frais des médicaments, le reste étant à notre charge. J’ai plus dépense pour ma sante en un an ici qu’en 26 ans a Paris. Les dents et les yeux ne sont PAS pris en charge par le Ramq. Tomber malade ici vous vaudra une double peine. Celle d’être malade, et celle d’y être soigne. C’est un scandale pour un pays civilise.

 

Dans l’ensemble, je suis content d’être ici et ne regrette absolument pas mon choix. Je ne suis pas retourne en France depuis l’année dernière et la seule raison qui m’y ferait retourner serait de voir ma famille. Mes parents sont venus 2 fois et ma sœur une fois. Avant de s’expatrier il faut considérer comme l’éloignement avec la famille peut être difficile.

 

Pour le reste, la France ne me manque pas plus que ca au contraire. Sauf le fromage de temps en temps. Je n’ai pas mange de camembert de Normandie au lait cru moule a la louche depuis un an. Pas de Reblochon non plus. Pas de bleu d’Auvergne. On les trouve ici. AOC et tout. Mais quand on voit qu’un bout de tomme degeulasse est 7$, ca vous laisse imaginer le prix d’un AOC français.

Le bon vin est aussi très cher. Taxes, taxes, taxes. Un bon médoc ou un st julien serait pas mal de temps en temps.

Paris me manque de temps en temps. Surtout à cette saison. Les cafés de la place Odessa, les quais dans le 5, la place Victor Hugo et le boulevard de Courcelles. Paris est la plus belle ville du monde et ses rues resteront dans mon cœur toute ma vie.

Je regrette aussi ma carte Gaumont le Pass avec laquelle j’allais au ciné parfois 4 fois dans la journée. Je ne vais que très rarement au cinéma ici avec des places à 12.50$ !

 

Il y’a des français partout au Québec, ce n’est donc pas un grand dépaysement. S’expatrier peut être une expérience magnifique quand on est conscient des avantages et des inconvénients. Il n’a pas de pays parfaits. Les hivers sont rudes et longs, ce n’est pas si facile que ca de trouver un emploi. Je croise tous les mois des Français qui retournent en France bien avant la date prévue et d’autres qui vivent ici heureux depuis des dizaines d’années.

 

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 19:24

 

166096 10150121372190152 702185151 7785083 1867120 nUne des choses les plus difficiles lorsqu’on s’installe au Québec est de laisser ses amis derrière. Tous ceux avec qui on a grandi, ceux avec qui on a fait nos premières bêtises et partage nos premiers secrets. Et même si on ne se voyait pas forcement tous les jours, on savait qu’on était jamais très loin.

 

Tony est un de ces social butterflies avec 600 amis et plus sur Facebook. Ses amis font partie intégrante de sa vie et ils le lui rendent bien. Début Décembre il m’annonce enchanté qu’un ou deux de ses amis viendront le visiter pour le temps des fêtes.

Travaillant le jour de leur arrivée, il est convenu qu’il laissera les clés dans la boite aux lettres pour qu’ils puissent s’installer en attendant son retour.

Lorsqu’il rentre chez lui ce soir la, ce n’est pas un ni deux de ses amis qu’il a la surprise de trouver mais 6 !

Il ne lui en fallait pas plus pour être heureux, bien que quelques jours plus tard, il en retrouvait encore 2 de plus en rentrant du travail !

Les uns et les autres avaient loué des appartements pour la semaine à quelques minutes de là ou habite Tony.

 

Tony et moi ayant grandi dans la même ville, nous partageons évidemment plusieurs amis d’enfance qui faisaient partie du voyage. J’ai donc pu aussi profiter de leur visite et nous avons passé une belle semaine.

A Montréal pour la première pour la plupart d’entres eux, ils ont profités de tout ce que la ville a à offrir et bien plus encore. Biodome, Mont Royal, Crescent, Sainte Catherine, Vieux Montréal, les poutines de la Banquise et de la Frite, et même une journée de ski à Saint Sauveur.

On a pu passer le temps des fêtes ensemble, un souper chez les uns, chez les autres, les 2 semaines sont passées tres vite.

 

168110 10150121382425152 702185151 7785296 5692578 n

 

En 8 mois nous avons eu le temps et la chance de nous faire de bons amis au Québec. Mais peu importe la sincérité de l’amitié, rien ne remplace les gens avec qui on a grandi et qui partagent notre socle culturel.

Les standards sont différents partout. Depuis qu’on est arrivés à Montréal, on a du s’habituer au fait que c’est nous qui avons un accent, c’est nous qui devons nous habituer a de nouvelles coutumes et a une nouvelle culture.

 

 

 

Pendant 2 semaines ou Paris était a Montréal, on a juste eu à être nous-mêmes, car les gens qui nous entouraient étaient comme nous.

 

Alors non, je ne parle pas d’être entoure de Français avec nostalgie !

Comme tout le monde, en arrivant on disait tous, on veut rencontrer tout le monde SAUF des Français. Nous nous employons la plupart du temps à les éviter le plus possible depuis que nous sommes arrives. Pourtant, il est inévitable d’en croiser régulièrement, J’irais même jusqu'à dire que beaucoup de nos amis les plus proches sont Français.

Et c’est comme ca, c’est inévitable. Qui se ressemble, s’assemble.

 

Quand on s’expatrie, il est important de s’immerger le plus dans la culture locale et de ne pas vivre en marge de celle-ci. Néanmoins, et qu’on le veuille ou non, il est juste normal et naturel qu’on ait des affinités avec des gens qui ont la même culture que nous.

 01 2011%20(125)

COMMUNAUTE FRANCAISE?

 

On ne peut pas parler de communautarisme "à la Française". Les Français sont tout sauf communautaires! Apres avoir vécu dans plusieurs pays différents et rencontre bon nombre d’expatries, la conclusion est toujours la même. Tous les Français veulent s’éviter et ont tout le mal à dire les uns des autres. Mais quand ils se rencontrent : c’est souvent les amitiés les plus fortes. Princeton NJ, c’est les Yvelines aux USA, à Miami on retrouve tout le Paris Chapala, L’alliance Française à Minneapolis, ou les restaurateurs Français à Copenhague.

 

Quand on s’expatrie, on ne pourra jamais assez dire comme il est précieux de pouvoir avoir des amis auprès de soi sur qui on peut compter et qui partagent notre socle culturel.

J’ai eu la chance de venir avec 2 amis. Nous n’avions pas prévu partir ensemble mais les circonstances ont fait que nos projets se sont concrétises au même moment.

Nous avons donc la chance de pouvoir profiter les uns des autres et de vivre cette aventure ensemble. Rencontrer de nouvelles personnes n’est pas la chose la plus difficile, mais se faire de vrais amis l’est déjà un peu plus.  Beaucoup des gens qui nous entourent me disent comme j’ai de la chance d’avoir de tels amis avec moi. Certains me disent qu’ils n’ont aucun ami sur qui ils peuvent compter.

Les visites qu’on reçoit, les messages, les appels, tous ces signes d’affections prennent une importance inestimée lorsqu’on est loin de chez soi.

Je réalise la chance que j’ai d’avoir des amis fidèles et suis convaincu que mon intégration n’aurait jamais été la même sans eux.

 

 

  

 

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 07:14

Fin Novembre…On a presque du mal à y croire. Déjà 6 mois passés au Québec!!

C’est passé tellement vite…

  gp day

 

Je repense a nos premiers jours, a notre arrivée a l’aéroport avec nos 3 valises de 25kg.

Nos premiers jours à l’hôtel, l’achat de la voiture, la signature du bail, la recherche d’emploi…

  

     

Notre premier été à Montréal a été magnifique. On a pu profiter des festivals, de l’ambiance de folie sur Crescent et Sainte Catherine. Montréal est une ville de fête. Les bars, les restaurants sont partout. Il a fait très beau, humide et vraiment chaud.

Les chaleurs suffocantes de l’été sont désormais passées.

 

 

 

 

 

 

Les couleurs de l’automne sont arrivées dès septembre. Mes parents sont venus me voir depuis Paris. Leur première fois au Québec. Quel plaisir de se balader dans les Laurentides, voir toutes ces couleurs éclatantes, le mont tremblant, déjà tellement hâte de venir y skier cet hiver. Nous avons mange une poutine a Québec âpres avoir pris le traversier a levis.

IMG00088-20101013-1345  parc mont tremblant

Mon premier Automne indien et ravi par ces couleurs magnifiques. La température s’est rafraichie mais ca reste quand même tres correct, on n’a pas encore sorti les manteaux.

 

Ca va surement bientôt changer! Nous avons eu les premières neiges pour Halloween.

Elle n’est pas reste longtemps mais nous a donne un avant gout de ce qui va nous tomber sur la tète prochainement.

Je suis bien prépare pour l’hiver : J’ai appris récemment que les pneus neiges étaient obligatoires a partir du 15 décembre jusqu’au 15 mars. J’ai par chance réussi à trouver un tres bon prix dans un centre de liquidation. 4 pneus neiges, jantes, pose et équilibrage pour moins de 300 $.

J’avais également réserve une place dans le garage chauffe de ma résidence pour éviter de passer 15 minutes à dégivrer mon pare brise tous les matins.

Ma technique de survie va être simple cet hiver : Le concept de l’apparte chauffe au garage chauffe a la voiture chauffe, a destination chauffe.

 

Mon travail se passe pour le mieux. Ma période de probation s’est terminée il y’a quelques semaines. Je bénéficie désormais d’une assurance médicale complète. L’ambiance est excellente et j’aime vraiment ce que je fais. J’ai déjà été augmente et me sens vraiment reconnaissant d’avoir trouve cet emploi.

 

Je meuble mon appartement petit à petit en fonction de mes moyens et ca commence vraiment à prendre forme. Un petit tour chez Canadian Tire et j’ai refait la peinture, et je commence à me sentir vraiment bien chez moi. Entre Kijiji, Wal mart et Winners, j’ai réussi à trouver de belles choses pour des prix raisonnables et je suis content du résultat.

 

DSC04611  DSC04612

 

DSC04625  DSC04626

 

Au niveau finances, écoutez, ca va pas mal. J’ai la chance d’être plutôt  bien paye alors je ne me prive de rien.  Quelques  restaurants par mois, beaucoup d’achats pour l’appartement.

Je fais le plein sans vraiment compter même si ca a bcp augmente ces derniers temps, c’est tjs considérablement moins cher qu’en France. Je ne sais pas a quel point c’est vraiment légal mais je vais souvent faire le plein a la réserve indienne de Kanawhake sur la rive sud. Bénéficiant d’un statut privilégié ils ne payent pas les taxes ni provinciale ni fédérale. Les cigarettes et le gas y est donc considérablement moins cher.

Pour vous donner une idée, en temps normal, le gas est aux alentours de 1.00$ au litre, pouvant même baisser jusqu'à 0.97$/litre. En ce moment nous sommes montes à plus de 1.16$. Je prends le gas pour 1.059 à la réserve.

 

Le cout de la vie est raisonnable, mais ce n’est pas peu cher. On fait avec un dollar ce qu’on ferait avec un euro. Alors honnêtement je ne regarde plus du tout le court de l’euro car ca m’importe peu ne comptant aucunement revenir en France prochainement.

 

cartes-de-credit-fleau-ou-benediction

 

Je devrais recevoir ma première carte de crédit prochainement toujours avec la RBC. J’ai opte pour un compte cheque d’opérations illimite pour 14.95$ / mois. Alors oui c’est énorme compare a un bon vieux CCP mais il ne faut pas comparer sinon on s’écœure tout seul. Je tenais à avoir une carte de crédit rapidement pour pouvoir commencer à construire mon crédit.

Ici, il faut s’endetter pour être solvable. Je vais faire tous mes achats a crédit, nourritures, gas, etc. mais rembourser mais factures tous les mois sans faute. Selon ma banquière, en 18 mois je devrais avoir un crédit tres favorable, ce qui sera intéressant si je compte changer de voiture ou acheter un condo.

 

Au niveau social. Je me suis fait beaucoup d’amis. En plus d’avoir la chance d’être arrive avec 2 amis tres proches, j’ai rencontre beaucoup de Québécois avec qui le courant passe tres bien.

 

Presque 6 mois déjà qui ont filés à une vitesse incroyable. Je suis tres reconnaissant que l’installation se soit bien passée. J’ai eu la chance de trouver un bon emploi rapidement ce qui m'a aidé dans tout le reste. Je suis vraiment content d’avoir choisi de m’installer à Montréal et ne regrette pas du tout mon choix. Au contraire, je pense pouvoir dire que je n’aurais jamais pu avoir le confort de vie que J’ai ici à Paris.

Ces 6 premiers mois ont donc été plus que positifs. Il n y’a évidemment pas que des avantages et je pense qu’il est important de bien peser le pour et le contre avant de se lancer dans une telle aventure.

Bien préparer son immigration en facilitera chaque étape.

Bonne chance à tous !

 

  

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 06:24

777866561_756c7ea327_o.jpg

 

L’idée de commencer ce blog m’est venue en commençant mes démarches d’immigrations.

Je n’avais à l’époque que le Canada comme sujet de conversation et ne pouvais pas attendre de me lancer dans l’aventure. Je passais des heures à arpenter la toile à la recherche de témoignages, d’informations pouvant m’aider dans mon projet.  Les blogs que j’ai trouvé à l’époque m’ont passionnés, et m’ont conforté dans mon envie de m’installer au Québec.

 

Ces dernières semaines, j’ai reçu plusieurs messages, des questions, mais aussi des remerciements, ce qui m’encourage à continuer de partager mon aventure en espérant en faire profiter le plus grand nombre. Ce blog est pour vous avant tout.  N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou si des sujets en particuliers vous intéressent.  Je ne prétends évidemment pas tout savoir après seulement 5 mois à Montréal mais je ferai de mon mieux pour traiter du sujet le mieux possible.

 

Alors encore un GRAND MERCI à vous, qui prenez le temps de lire ce blog et bonnes chances à tous dans vos projets.

 

Tous vos commentaires sont les bienvenus. Vous pouvez également me contacter par email.

 

 

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 05:27

la-canicule-se-poursuit-a-montreal thumb-tout-savoir-sur-la-canicule-2731

 

"Est ce qu'on peut passer directement à l'hiver svp..?"

 

Alors effectivement, certains diront à juste titre : «  profites en car dans quelques mois, tu ne diras plus la même chose ».

Une vague de chaleur à envahit Montréal ces derniers jours.

Le gouvernement à même lancé une « Alerte chaleur accablante »

    

« Par définition, une vague de chaleur est une période d'au moins trois jours consécutifs avec des températures supérieures ou égales à 32 °C. Une HUMIDITÉ élevée n'est pas nécessaire; toutefois, la plupart des vagues de chaleur, mais non les pires, sont d'une humidité étouffante. »

Ce genre de chaleur étouffante qui vous prend au visage dès que vous bougez un orteil. Le thermomètre n’à certes pas dépassé les 35°C mais l’humidité ambiante donne une impression de sauna permanent.

 

Alors, oui,  ce n’est rien comparé à l’Afrique ou à d’autres pays de l’hémisphère sud ou d’Asie.

Mais à votre avis… ? Pourquoi ai-je choisi Montréal et non pas la Namibie ?

Personnellement, j’ai toujours préféré le froid. Au moins, on peut toujours se couvrir et être confortable bien emmitouflé sous sa couette. Mais que faire contre cette moiteur ambiante ?

Moi, la chaleur c’est vraiment pas mon truc à mois de rester dans l’eau ou sur le bateau au milieu du lac toute la journée.

 

Les bâtiments climatisés deviennent soudain des ilots de fraicheur dans lesquels il fait bon se réfugier. On magasine, on traine, pourvu qu’on reste sec. Mais attention, dès  qu’on ressort, c’est de nouveau la chaleur tropicale.

 

J’ai donc mis au point et développé un « plan anti chaleur » qui consiste à fermer tous les rideaux, et rester devant assis immobile devant mon ventilateur toute la journée.

Dès que je commence à trop suer, je saute dans la piscine ou prends une douche glacée.

« Drink a lot of water » Un souvenir des étés dans le Minnesota que j’applique en buvant mes 2 litres d’eau journaliers. Il est 23h13 à Montréal et il fait encore 32°C.

 

Bon, je vous laisse je vais prendre une douche… J

 

u_u'  

 

 

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 22:45

 

DSC04236

 

Mardi 22, nous sommes allés chercher Tony à l’aéroport.

Après avoir eu un peu de mal à se trouver, nous avons eu le plaisir d’accueillir un nouvel ami de Paris et d’élargir un peu notre cercle de connaissances.

On est ravis qu'il nous ai rejoints !

 

Fatigué du voyage, nous l’avons directement accompagné dans la chambre qu’il loue à la semaine rue Saint Denis.

Tony est originaire de Savigny le Temple en Seine & Marne et s’installe à Montréal de manière indéfinie ayant obtenue sa résidence permanente il y’à quelques mois.

J’aurais également l’occasion de plus m’attarder sur son parcours dans un prochain post.

 

BIENVENUE !!

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 20:30

Nous avons reçus nos cartes Numéros d’Assurance Sociale (NAS) par la poste jeudi dernier.

Et j’ai reçu ma carte d’assurance sociale ce matin !!

Ca à été très rapide, et c’est une bonne chose de faite ! Je suis content que les démarches avancent enfin un peu. J’ai également reçu le formulaire de demande de carte RP.

J’ai également entamé ma demande de carte de Résident Permanent. (Voir article précédent)

Ma demande de Certified Driving Record à été envoyée au DMV de Saint Paul, hier.

J’espère le recevoir à temps pour pouvoir aller changer mon permis Québécois le 5 Juillet.

Mon immeuble étant déjà câblée chez Bell, les prix et conditions de souscription au service sont très avantageuses. Un agent commercial sera sur place cette semaine pour les nouveaux locataires. J’espère pouvoir avoir Internet et la TV câblée au plus vite.

 

Demba est toujours avec moi jusqu’à la fin du mois. Il à trouvé un superbe appartement en plein centre ville sur Sainte Catherine Ouest et Guy. Habiter en ville correspondra mieux à son style de vie actif et sociable. Nous sommes allés faire le deposit de $200 pour réserver et nous reviendrons signer le bail tantôt.

                                               DSC03352   DSC03351.JPG 

 

Toute l’action et les activités du centre ville à sa porte d’entrée, cela facilitera sans doute sa recherche de travail. Il n’aura également pas besoin d’acheter une voiture dans un premier temps ce qui est une économie énorme.

Je suis très content pour lui et aurai l’occasion de décrire son parcours d’avantage dans un prochain post.

  DSC04221

   

 Nous profitons des commodités de ma résidence et passons une bonne partie de nos journées au Gym, à la piscine et au Sauna.  Nous aimons aussi aller au Mall pour nous connecter un peu sur Internet et faire quelques achats.

 

La voiture marche bien et j’en suis très content pour l’instant. J’aimerais bien faire un check up complet prochainement pour m’assurer que tout est en ordre. Elle ne consomme pas plus que ça. Le gas est à 1.02$/litre en ce moment.

 

Mon ami Morgan arrive de Vancouver ce soir, ou il a passé 10 mois en PVT dans la station de Whistler. Il vient terminer son année Canadienne à Montréal et nous irons le chercher à 19h.

 

Tony, un autre ami cher, arrive mardi après midi. Demba et moi sommes très pressés qu’il arrive. Tony à entamé ses démarches de RP il y’a déjà plus de 18 mois. Il espérait partir en Février dernier mais à du retardé son projet n’ayant pas encore été invité à la Visite Médicale.

Il a vraiment bien préparé son immigration et je lui souhaite tout le bonheur.

C’est vraiment super qu’on puisse tous se retrouver ici.

Voila un cercle d’amis fidèle sur lesquels on pourra compter. Une base solide pour toutes les amitiés Québécoises à venir.

 

Nous n’avons pas encore rencontrés beaucoup de Français. Habitant sur l’ouest de l’ile, à dominante anglophone, la plupart des gens parlent anglais. Mais, il arrive de temps en temps de croiser un sac quechua ou un homme avec un sac a main pour homme parler avec un Français bien familier. Aussitôt les oreilles bourdonnent.

Il y’a beaucoup de Français à Montréal. Et la plupart sont installés sur l’ile de Montréal, sur le plateau Mont Royal (le plateau) ou cote des neiges (CDN)

A vrai dire, nous ne cherchons ni à les éviter ni à les rencontrer. Mais si on est venus au Canada, ce n’est certainement pas pour rester uniquement entre Français.

 

Repost 0
Published by Yann - dans JOURNAL
commenter cet article

  • : Monrégal, Canada
  • Monrégal, Canada
  • : IMMIGRATION CANADA: De Paris à Montréal, vivez l'installation d'un jeune Français au Canada. Récits, démarches, infos, nombreuses photos
  • Contact